Un flop prévisible

C’est l’histoire d’un ratage monumental dont on vient de nous raconter le dernier chapitre... Le magasin Globus de Marin-centre ferme et laisse 35 employés sur le carreau.

Au centre-ville de Neuchâtel, il était une fois un magasin Globus qui était encore un de ces grands magasins de « passage », une enseigne clairement urbaine, de conception zurichoise, où on flânait entre deux rendez-vous, entre la rue du Seyon et la rue du Bassin.

Le grand déménagement

Mais pas de chance… un beau jour de 2009, un consultant fort avisé ou un génie de la stratégie commerciale du groupe Migros a réussi à placer une idée, à grand renfort de chiffres et de prétextes (forcément fallacieux vu le résultat): eurêka, il faut faire déménager Globus Neuchâtel du centre-ville à l’hypermarché de Marin-centre, en zone périphérique.

Il fallait y penser. Un accès motorisé, des autoroutes à l’intérieur et à l’extérieur qui mènent tous à ce temple de la consommation de masse en banlieue pour la grande famille Migros! Comme ça, on a directement dans le même bunker les textiles de marque, les cosmétiques de luxe et les bijoux artisanaux suisses à côté des rayons surgelés…

Le bon sens, lui, est resté au service des Objets perdus (et jamais retrouvés.)

En 2011, le nouveau magasin délocalisé s’étale fièrement sur 4270 m2, soit 10% de plus qu’au centre-ville, avec un effectif de 85 personnes, soit 10 de plus qu’au centre-ville. Ça brille de mille feux.

Client où es-tu?

Mais ô désespoir! Dès l’ouverture, dans le nouveau magasin Globus, on entend les mouches voler à tous les étages (m’a-t-on dit car je n’y ai jamais mis les pieds).
Ô surprise, année après année, les ventes de l’enseigne dégringolent.

Tant et si bien qu’en 2019, le Globus de Marin qui périclite devient soudain un «outlet ».

Tant et si bien qu’en 2020, ça sent vraiment le roussi, alors Migros se dépêche de vendre Globus à un groupe autrichien et thaïlandais.

Résultat final aujourd’hui, Globus Marin est rayé de la carte et 35 employés remerciés.

Tout ça parce qu’en 2009, personne chez ces grands spécialiste du commerce de détail ne s’est posé la question de savoir si délocaliser cette enseigne typiquement « urbaine » dans son hypermarché de banlieue avait vraiment un sens…

Dévitalisation du centre-ville et licenciement des 35 derniers employés Globus, sur les 85 initialement engagés: les Neuchâtelois paient le prix fort des erreurs stratégiques du groupe Migros.

Le géant orange peut bien nous distribuer des points cumulus, on ne lui dit pas merci.

Un avis sur « Un flop prévisible »

Répondre à Milan Plachta Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :